L’ensemble des étapes de construction d’une maison individuelle

faire construire une maison

Publié le : 03 avril 201912 mins de lecture

Un projet de construction de maison doit être mûrement réfléchi et plusieurs étapes sont nécessaires avant d’emménager dans sa construction neuve. Voici donc ces différentes étapes en détails avec plusieurs conseils et astuces pour mieux vous accompagner dans la construction de votre maison.

Première étape : définir le projet de construction et choisir le terrain

Définir le projet et le budget de la construction

Lorsqu’une personne décide de faire construire une maison, elle doit tout d’abord estimer le budget global de son projet. Elle doit ensuite lister tous ses besoins et tous ses goûts (maison de plain pied ou à étages, contemporaine ou traditionnelle, nombre de chambres, surfaces, nombre de salles de bains et de toilettes etc.). Elle doit aussi estimer son apport personnel et prévoir les différentes sources de financement (aides financières et crédit immobilier).

Évaluer sa capacité d’emprunt

Certaines personnes prévoient un apport conséquent ou d’acheter comptant pour faire construire leur maison. Mais il est généralement plus rentable d’emprunter, surtout si les taux d’intérêt sont bas. Pour cela, il faut se rendre dans une banque où chez un courtier pour faire estimer sa capacité d’emprunt. Celle-ci sera calculée suivant l’apport personnel, les revenus, les dépenses courantes et selon les aides qui seront obtenues (subventions locales, prêt à taux zéro…).

Rechercher le terrain

La recherche du terrain vient évidemment bien avant l’étape de construction. Ce terrain doit tenir compte des critères recherchés et il faut que le projet de construction de maison respecte les règles d’urbanisme de la commune. Ces critères vont ainsi porter sur l’environnement, la situation par rapport au lieu de travail, l’accessibilité, la proximité des services et des commerces, la superficie du terrain, son orientation, la constructibilité, la viabilité du terrain, et les règles d’urbanisme. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site du constructeur de maisons individuelles https://expobat.fr/.

À lire en complément : Mettre sur pied son projet de maison individuelle

Deuxième étape : élaborer les plans et les formalités de la construction

Choisir le professionnel chargé de la construction

Si le constructeur de maisons individuelles n’a pas encore été choisi, il va maintenant falloir se décider, sauf si la personne veut construire sa maison elle-même. Quel constructeur choisir ? Il y a trois possibilités pour construire une maison : faire appel à un constructeur de maison, à un architecte ou à un maître d’œuvre. L’architecte réalise des projets sur mesure et personnalisé, et s’il est habilité, il accompagne depuis la réalisation des plans jusqu’à la réception du chantier, en guidant dans le choix des entrepreneurs, la demande du permis de construire et le suivi des travaux. Le constructeur de maisons accompagne dès la conception du projet jusqu’à la livraison du chantier. Il guide ses clients, comme l’architecte, sur les tâches administratives, les choix techniques, et choisit et coordonne l’ensemble des corps de métier utiles à la construction. La maison sera alors choisie sur catalogue et aura une personnalisation limitée, tout en bénéficiant de nombreuses garanties (via la signature du contrat de construction individuelle). Le maître d’œuvre est un professionnel du bâtiment, qui accompagne à chaque étape de la construction de la maison. Il fait généralement appel à un architecte pour la conception du projet. Il faut savoir qu’il n’est soumis à aucun code de déontologie et ne garantit ni ses compétences ni sa formation.

Faire la demande de prêt immobilier et signer l’acte de vente

Après la consultation des banques ou du courtier, la personne qui veut faire construire sa maison va se rendre à la banque avec tous les documents nécessaires à la constitution du dossier de demande de prêt. Une fois celle-ci déposée, et l’accord de principe de la banque obtenu, la personne va recevoir l’offre de prêt avec dix jours de réflexion pour l’accepter ou pas. L’offre est ensuite renvoyée par courrier recommandé si elle est acceptée. Vient ensuite la signature de l’acte authentique chez le notaire durant laquelle le bien sera réglé, ainsi que les frais de notaire et les éventuels frais d’agence. La personne est alors officiellement propriétaire de sa maison.

Se procurer l’étude de sol

L’étude de sol cherche à analyser la nature du sol pour déterminer quel type de fondation peut être réalisé sur le terrain pour garantir la stabilité optimale de la future maison. Cette étude est obligatoire suivant la loi Élan du 23 novembre 2018 relative à la construction de maisons individuelles. Cette étude de sol est réalisée avant la vente par le vendeur du terrain. Il faut savoir aussi que de nombreux assureurs exigent cette étude pour la souscription de l’assurance dommage-ouvrage.

Choisir les plans

Étape clé de la construction, la réalisation des plans permet d’imaginer la maison et va déterminer la façon dont elle sera construite, en tenant compte des contraintes légales, des spécificités du terrain et des aménagements intérieurs. La personne qui fait construire sa maison aura le choix entre deux sortes de plans : des plans personnalisés (s’il a été fait appel à un architecte ou à un maître d’œuvre) qui vont permettre de concevoir une maison sur mesure, ou des plans sur catalogue (s’il a été fait appel à un constructeur de maisons) qui permettront de choisir un modèle de maison parmi de nombreux styles.

Demander le permis de construire

C’est un élément indispensable pour faire construire une maison. Il détaille précisément l’ensemble du projet de construction et va être agrémenté de plans, photos et schémas. L’architecte ou le constructeur se charge généralement lui-même de constituer le dossier de permis de construire et de le déposer en mairie. Celle-ci a alors deux mois pour accepter ou refuser la demande.

Préparer l’accès et la viabilisation du terrain

Un terrain à bâtir doit posséder une voie d’accès (suffisamment large pour le passage des camions devant intervenir sur le chantier) le reliant à la voirie commune. Suivant l’emplacement du terrain, certains travaux devront être entrepris pour le rendre parfaitement accessible.Si le terrain est dans un lotissement, le lotisseur a obligatoirement prévu une voie d’accès. Si le terrain est isolé dans un secteur diffus, il faut se rapprocher de la mairie pour connaître la réglementation afin de créer une voie d’accès, ou obtenir un droit de passage auprès du voisin. Dès que le terrain est accessible, il est alors possible de le viabiliser et donc de le raccorder aux différents réseaux. Pour l’eau et le tout-à-l’égout, il faut s’adresser à la mairie. Pour les autres réseaux (électricité, gaz), il faut contacter les fournisseurs.

À explorer aussi : Les avantages de faire construire une maison en bois

Troisième étape : construire la maison

Concernant le gros œuvre

Le gros œuvre est l’ensemble des travaux qui procurent la stabilité et la solidité de l’ouvrage. Il comprend le piquetage (délimitation de l’emplacement de la future maison et des canalisations par un géomètre), le terrassement (le terrain est creusé pour accueillir les fondations et les canalisations), les fondations (elles constituent la base de la maison et sont conçues à l’aide de béton coulé), l’assainissement (système permettant l’évacuation des eaux usées par le tout-à-l’égout ou une fosse septique), le soubassement (pose des murs inférieurs de la construction sur les fondations), le dallage (plaque de béton armé coulée sur le plancher du rez-de-chaussée déjà recouvert d’un isolant thermique ou sur le niveau le plus bas), l’élévation des murs (construction des murs porteurs), la charpente et la couverture de toit, et les menuiseries extérieures (pose des fenêtres, portes extérieures et volets).

Concernant le second œuvre

Le second œuvre est l’ensemble des travaux qui rendent la maison habitable et qui lui apportent un confort optimal. Ces travaux sont l’isolation et le cloisonnement, la plomberie (installation du réseau de tuyauterie et d’évacuation, des équipements sanitaires, de la robinetterie et du chauffe-eau), l’électricité (installation du compteur, du tableau et du câblage électrique, des prises, des interrupteurs et des sorties pour l’éclairage), le chauffage et la climatisation (installation du système de chauffage et des radiateurs), et la ventilation (installation d’une VMC).

Concernant les finitions

Les finitions sont l’étape finale de la construction neuve et concernent la décoration et l’aménagement intérieur de la maison. Les travaux concernés sont les revêtements de sol, les revêtements muraux et les peintures, les menuiseries intérieures (portes intérieures, plinthes, poignées, meubles encastrés, coffrages pour cacher les tuyaux, meubles de cuisine et de salle de bains, escaliers), l’éclairage intérieur, et les travaux de façade (couverture des murs extérieurs).

Concernant l’aménagement extérieur

L’aménagement extérieur de la maison consiste à sécuriser son périmètre et à rendre ses abords agréables. Divers travaux peuvent être effectués dans ce domaine, comme un terrassement et un nettoyage du terrain (définition de l’emplacement du jardin, de la terrasse, de la piscine), une terrasse, des allées de jardin et un accès au garage, la clôture et le portail, l’éclairage extérieur (pour protéger les abords de la maison ou éclairer l’entrée de garage, baliser les allées) et d’autres aménagements (abri de jardin, cuisine extérieure, piscine, dépendance…).

Quatrième étape : réceptionner la maison

En présence de l’architecte ou du constructeur, la personne va devoir vérifier que les travaux de sa maison sont achevés en conformité avec les plans et le contrat de construction. Une visite de la maison devra être faite durant laquelle seront vérifiés la plomberie, l’électricité, le système de chauffage et de ventilation, la surface des pièces, l’état général des sols, murs et plafonds, les portes et fenêtres, les équipements divers (pose de la douche, de la baignoire, du lavabo…), le vide-sanitaire ainsi que les combles et la cave, et la toiture et la zinguerie. Une fois cette visite terminée, il y a trois possibilités. La première est qu’aucun défaut n’est constaté donc le procès-verbal de réception sans réserve sera signé et le solde du montant de l’acquisition sera versé. La seconde est que des malfaçons sont constatées mais le logement reste toutefois habitable. La réception pourra être acceptée en mentionnant des réserves dans le procès-verbal. Un délai de réparation des défauts devra alors être fixé avec l’entrepreneur. La troisième est que si les travaux ne sont pas conformes aux plans initiaux ou qu’ils sont inachevés, la personne peut refuser la réception du chantier. Une nouvelle date de réception sera alors convenue avec l’entrepreneur. Mais en cas de désaccord, il faudra saisir le juge des référés pour que les travaux puissent être achevés. Il faut savoir que la date de signature du procès-verbal va constituer le point de départ de toutes les garanties (décennale, bon fonctionnement et parfait achèvement).

Plan du site